Le plan d’action

“La pérennité de l’instrument de musique en bois est totalement dépendante d’une biodiversité respectée”

Dernière mise à jour, le 03 avril 2021 : Le plan d’action des luthiers de l’APLG pour la sauvegarde des forêts est présenté en plusieurs étapes à court et long terme.

A cour terme, des actions sont déjà engagées comme :

– le développement de la gestion de la mise à disposition des bois de lutherie issus de nos régions à travers un projet pilote en Bourgogne Franche-Comté,

– l’élargissement des connaissances du luthier sur l’univers des bois (taxonomie, anatomie, état de santé et réglementations de l’espèce).

A cela devra s’ajouter un travail de communication pour faire connaître aux acteurs de la filière bois, la présence active des métiers de la fabrication d’instruments de musique.

A ces actions sur le terrain, l’APLG souhaite également suggérer au plus grand nombre des leviers d’actions avec pour premier exemple l’acquisition citoyenne de forêt afin d’en préserver la biodiversité face à l’exploitation industrielle des habitats forestiers.

A long terme, et même si son rôle et son ambition n’est pas de devenir un gestionnaire forestier, l’APLG souhaite être un acteur actif dans le renouvellement et la préservation des forêts. L’association participe déjà à des projets de plantation, mais nous avons bien conscience que son impact sera infime. C’est donc en travaillant également à court terme sur un plan de communication pour convaincre le plus grand nombre de suivre ces initiatives que de tels projets auront un sens et un réel impact sur la gestion globale de la ressource bois.

Axe à court terme en cinq étapes

Exploitation de la ressource locale disponibleConstat

Les arbres coupés dans le cadre d’une gestion forestière saine des forêts publiques et privées se retrouvent pour une partie vendus à bas prix pour du bois de chauffe et s’ils ne trouvent pas preneur, ils finissent par être déchiquetés.

Parmi ces arbres, il y a certaines essences que nous pourrions utiliser en tant que bois de lutherie (voir une première liste globale ici).

Dans le cadre d’une gestion de la mise à disposition des bois locaux, notre objectif est donc d’engager une action visant à répertorier ces essences par région, département ou agglomération de communes et nous mettre en rapport avec les gestionnaires de ces forêts afin que ces bois continuent leur vie dans des instruments de musique plutôt que dans une cheminée ou une broyeuse !

Un premier projet pilote est en cours de mise en place – informations au 11 avril :

Un premier groupe de travail a été créé par Philippe Bouyou, Yves Mion et Jacques Carbonneaux en collaboration avec Gwladys UGUEN, animatrice de la Charte Forestière de Territoire du Pays Seine-et-Tilles en région Bourgogne-Franche-Comté.

Tout comme Jacques, élu de sa commune (Coulanges La Vineuse – 89), Philippe Bouyou (Villecomte – 21) a intégré le comité de pilotage de la charte Forestière en janvier pour travailler notamment sur l’objectif : « Développer une filière locale d’entreprise de la 1ère et 2nde transformation du bois ». Jacques et Yves travaillent avec Philippe sur cette thématique.

Nous allons donc faire identifier la profession de luthier, comme artisan de la filière bois, dans cette initiative. Des échanges et réunions ont déjà eu lieu avec l’ONF et une collecte de bois est déjà en cours.

Ce projet pilote en région Bourgogne Franche-Comté sera suivi et développé dans la région sous l’expertise de Bernard Michaud (forestier et membre APLG).

Objectif : Utiliser, dans le cadre de son activité de luthier, la ressource bois des espèces identifiées disponible sur son territoire local en accord avec les autorités compétentes et en collaboration avec :

Les acteurs publics (ONF, Centre National et Régional de la Propriété Forestière) et,

Les acteurs privés (propriétaires particulier sde forêt, entreprises ou associations privées) et,

Bernard Michaud et la commission bois APLG

Pour que le bois des arbres identifiés soit utilisé, il faut que l’arbre soit prêt à être coupé (ou déjà coupé), qu’il soit à maturité et sa coupe autorisée et encadrée par l’autorité compétente du territoire.

IMPORTANT : il est capital de prendre pour principe de ne pas couper un arbre pour exploiter sa ressource bois, mais de l’exploiter quand la coupe a été autorisée par les autorités compétentes du territoire.

Le luthier assurera la sélection de l’essence disponible, et en collaboration avec les acteurs locaux de la filière bois, le suivi des transformations du bois jusqu’à l’étape finale du stockage sous sa forme partie non-finie.

À noter : En fonction du volume du bois à récupérer, il faudra décider de la faisabilité de l’exploitation de cette ressource. Pour cela, le luthier sera accompagné par la commission bois de l’APLG.

Comment mettre en place l’exploitation d’une ressource locale disponible ?
  1. Lister les essences présentes dans la région (département, agglomération de communes, etc.) du luthier qui peuvent être utilisées comme bois de lutherie (voir une première liste globale ici).
    Si aucune espèce n’est listée, élargir l’étendue de la recherche sur le territoire avant de décider de ne pas continuer. Dans le cas contraire :
  2. Se mettre en relation avec l’ONF et le CRPF de son territoire afin de leur présenter le projet. Si un accord est trouvé pour que vous soyez informé de la coupe d’un arbre d’une des essences identifiées pour exploitation, les étapes suivantes peuvent être abordées :
  3. Se mettre en conformité avec le règlement des bois de l’UE (RBUE) afin d’obtenir et de rédiger les documents nécessaires à l’exploitation légale des bois de l’UE (le luthier sera accompagné par la commission bois APLG)
  4. Le luthier devra alors identifier les acteurs locaux pouvant assurer :
    • La coupe sur place de la grume en billot ou planche (scie mobile), ou
    • Le transport de la grume jusqu’à une scierie locale
    • Le stockage si la quantité est trop importante à prendre en charge

À noter : il est important de ne pas se mettre en concurrence directe avec les acteurs locaux et notamment avec les fournisseurs de bois. L’objectif de l’APLG n’est pas de tenir un rôle dans la gestion forestière mais de se faire identifier comme utilisateur “raisonné” de la ressource disponible et sous-exploitée de son territoire géographique.

Constat

La lutherie artisanale d’instruments de musique est très peu connue des autres métiers de la filière bois et n’est d’ailleurs pas identifiée dans la liste de ses métiers (photo ci-dessous à gauche), tout comme les bois de lutherie ne sont pas répertoriés dans l’exploitation de la ressource bois (photo ci-dessous à droite).

La filière bois et ses métiers

Les associations de la facture instrumentale n’adhèrent pas, à notre connaissance, à des organismes professionnels de cette filière et compte-tenu de la mise en place de ce plan de sauvegarde des forêts, il serait opportun pour l’APLG de montrer une nouvelle fois l’exemple en adhérant à un de ces organismes afin de faire connaître les métiers de la facture instrumentale qui, même si ils consomment peu de bois, proposent des produits bois pas comme les autres !

Mais quel organisme choisir ? À ce jour (début avril 2021), nous sommes à l’étape de réflexion mais voici quelques propositions :

Objectif : Se faire connaître et faire savoir nos actions auprès de la filière bois en faisant adhérer l’APLG à un ou plusieurs organismes de cette filière

L’Interprofession nationale de la filière Forêt-Bois a été créée le 8 décembre 2004, sous l’égide du ministère de l’Agriculture en charge des Forêts. Depuis France Bois Forêt cofinance, aux côtés des professionnels de la filière et grâce à la Contribution Interprofessionnelle Obligatoire CVO, des actions collectives de promotion, de communication et de valorisation de la forêt française à travers notamment les différents usages du matériau bois.

France Bois Forêt regroupe 24 organisations professionnelles de la filière forêt-bois française

Les 24 membres du Conseil d’administration représentent les organisations professionnelles de la filière forêt-bois française, depuis la graine et le plant forestier à la 1ère et seconde  transformation du bois. Signataires de l’Accord interprofessionnel, elles agissent toutes afin d’identifier les programmes innovants et indispensables à l’intérêt général et à son développement économique.

Proposition APLG : il n’est pas possible d’adhérer à cet organisme national mais il est important de se faire connaître, notamment pour leur signifier que notre métier devrait faire partie de la liste des métiers de la filière bois, mais aussi pour les informer de nos actions.


Suite au conseil de Bernard Michaud, FIBOIS (Interprofession de la Filière Forêt-Bois) fait partie des propositions :

FIBOIS FRANCEFIBOIS France, anciennement France Bois Régions, regroupe et fédère 12 interprofessions régionales ou départementales de la filière forêt bois française.

Ces interprofessions régionales fédèrent les acteurs et les professionnels de la filière forêt-bois en région.

Elles ont pour objectifs de :

  • promouvoir la forêt et le bois pour tous les usages (la construction, l’aménagement, le chauffage, l’emballage…)
  • fédérer les professionnels de la filière forêt-bois sur leur territoire
  • communiquer sur les métiers de la forêt et du bois.

Proposition APLG : il n’est pas possible d’adhérer à l’organisme national car ce sont les FIBOIS régionales qui fédèrent les adhérents, ce qui pose un problème pour l’APLG qui est une association nationale.

Nous proposons donc d’adhérer à la région du projet pilote qui se trouve être celle de notre forestier Bernard Michaud, la région Bourgogne-Franche-Comté. (non défini à ce jour)


Pro Silva France : association d’utilité publique qui prône une sylviculture irrégulière vs monoculture. Pro Silva France est membre du réseau européen Pro Silva, qui compte désormais plus de 25 délégations nationales en Europe, et même une délégation aux USA. Elle est organisée en 14 groupes (inter)régionaux.

Proposition APLG :

  • APLG pourrait adhérer en tant que donateur (+ de 100 €) l’année
  • Les membres APLG et leurs clients pourraient adhérer en tant que membre actifs (45 €) ou sympathisants (15 €). Mais l’essentiel est que l’APLG adhère avant tout.
Constat

Depuis quelques années, les réglementations internationales devenues incontournables, requièrent pour les métiers du bois un savoir bien plus exigeant qu’auparavant. En effet, il ne sera bientôt plus possible de faire commerce d’un bois ou d’un produit bois si celui-ci n’est pas identifié et déclaré avec son nom botanique complet (genre + espèce), son pays d’origine et la date de sa 1ère importation sur le territoire.

Objectif : développer sa connaissance des bois et être capable d’identifier correctement son stock de bois importé et/ou local, d’un point de vue :

Taxonomie : connaître le nom botanique de l’espèce utilisée, son aire de répartition et la date de sa première mise en vente (ou importation) – Page en construction ;

Anatomie du bois de l’espèce acquise et à terme de tous les bois du stock du luthier : d’un point de vue botanique mais aussi mécanique. APLG viendra en soutien en collaboration avec certains laboratoires d’identification des bois – Page en construction ;

Mécanique des bois  : compléter au fil de l’eau la base de données des bois de lutherie en France avec pour chaque espèce les informations : densité, rigidité, légèreté, imputrescibilité et stabilitéPage en construction ;

Etat de santé et réglementations de l’espèce : être capable d’utiliser les bons outils pour connaître l’état de santé/réglementations de l’espèce – voir l’outil de l’UICN ;

Guide « Comment doivent être rédigées les factures bois de vos fournisseurs et les factures pour vos clients » – Page en construction 

Suite à un documentaire sur la forêt du Morvan,  on y apprend qu’il existe des Groupements forestiers citoyens qui achètent des forêts avant qu’elles ne soient acquises par des groupes financiers et industriels et ainsi éviter les coupes rases et monocultures et préserver la biodiversité des forêts.

Parmi ces groupes forestiers, « Le chat sauvage » a déjà acquis un bon nombre de parcelles (voir les parcelles)

  • Exemple avec Le chat sauvage : Le groupement forestier du Chat sauvage acquiert et gère des forêts dans le Morvan, dans une perspective de sylviculture raisonnée, de protection de la biodiversité et des massifs de feuillus, menacés par l’exploitation intensive et croissante des résineux.
    • Devenir sociétaire du groupement :
      • Une part = 200 €
      • Un hectare acheté par le groupement = 15 parts, donc 3 000 €.

Si ce n’est pas le rôle de l’APLG de devenir propriétaire forestier, il est important que l’association s’informe sur toutes les actions citoyennes pertinentes dans le cadre de son plan de sauvegarde des forêts.

Préserver la biodiversité étant la première raison de ces actions citoyennes, nous ne pouvons qu’inviter les autres citoyens, qu’ils soient luthiers ou pas, d’étudier de près les actions menées dans leur région.

Quels intérêts  d’acheter des parcelles dans le Morvan (ou ailleurs, voir si d’autres groupements qui achètent existent dans d’autres régions) ?

  • Participer à une action très pertinente pour développer une sylviculture raisonnée
  • Action cohérente et complémentaire avec le point 1. Les professions artisanales de la filière bois qui seront identifiées et qui participeront à la nouvelle gestion de la ressource locale des bois, seront à même de valoriser financièrement les feuillus qui seront abattus dans le cadre de l’entretien obligatoire qui incombe aux propriétaires forestiers
  • Constitution d’un patrimoine durable de bois pour les artisans

Agir est une bonne chose mais il convient de le faire savoir à chaque étape d’avancement du projet et de la mise en place des actions. En collaboration avec la commission externe de l’APLG, la commission bois mettra en place un plan de communication à court terme qui devra s’intensifier à long terme.

Communication des actions auprès :

  • Des professionnels (luthiers, manufactures, distributeurs, revendeurs) : communication déjà en cours, voir par exemple la manufacture des Harpes Camac qui s’est engagée dans un projet One Tree Planted suite à notre initiative ;
  • Ecoles de lutherie et des métiers de la musique (futurs luthiers et revendeurs) : Jacques Carbonneaux  intervient déjà depuis 2019 au CFA de l’ITEMM concernant les réglementations et la cartographie des métiers de la musique. Il conviendrait de mettre également en place une formation dédiée aux commerces d’instruments de musique ;
  • Des musiciens, écoles de musique, conservatoire et du grand public (formation auprès des prescripteurs) ;
  • Autres…

Axe à long terme

Exploiter des bois locaux ou importés doit être conditionné par certains critères bien précis afin de respecter le renouvellement des espèces collectées.

Toutes les actions menées à court terme nous permettront de dresser régulièrement des bilans et des axes d’amélioration et doivent participer à la mise en place d’un cadre de principes à suivre sur le long terme.

Le travail à réaliser à long terme ne pourra pas être engagé par l’APLG seule, d’autres organisations professionnelles de la facture instrumentale seront invitées à agir, tout comme nous le faisons, en France, mais aussi en Europe et à l’international.

Les autres secteurs de l’artisanat du bois seront également contactés dés la mise en place des premiers projets pilotes de l’axe à court terme.

  • Bois local : Faire un bilan de l’état de la ressource des bois de lutherie par espèce et par aire de répartition. Pour ce qui est de la France, voir les travaux de RENECOFOR de l’ONF qui est un réseau national de suivi à long terme des écosystèmes forestiers et qui permet d’identifier les habitats et menaces des espèces d’arbres en France : www.onf.fr/renecofor. Le travail à faire sur l’espèce locale du bois de lutherie :
    • Dresser son état de santé, sa superficie (hectare, volume et nombre d’arbres)
    • Identifier les arbres matures et prêt à la coupe, le volume de bois correspondant
    • Identifier tous les secteurs de la filière bois consommatrice de cette espèce
  • Bois importé : Faire un bilan de l’état de la ressource des bois de lutherie par espèce, par aire de répartition. Utiliser les outils déjà existants :
    • UICN Red list, liste les espèces menacées
    • Species+: liste les espèces CITES et autres accords multilatéraux sur l’environnement
  • Bois importé et local : Estimer un plan de plantation des arbres de certaines espèces sur une période donnée (5 ans, 10 ans…) en fonction :
    • D’un prévisionnel de la demande des secteurs de la filière bois ;
    • D’une cartographie précise de la ressource disponible ;
    • D’un suivi de l’état de santé de l’espèce ;
    • Eviter les cultures monospécifiques en privilégiant le mélanges d’espèces pour préserver la biodiversité ;
    • Adaptée les espèces à planter au changement climatique ;
    • Pérenniser des projets de plantations (OTP, ABCP) déjà en cours.